-Rappel non exhaustif des faits survenus en Forêt de Grésigne (d'après archives et témoignages)

1968 : Introduction du cerf en forêt de Grésigne

1972 - 1979 : Les débuts de la chasse à courre au cerf en Grésigne



Depuis la fin des années 1970, les habitants de Ste Cécile du Cayrou font état de nombreuses nuisances occasionnées par la chasse à courre au cerf , dont une mise à mort d’un cerf en 1994 au beau milieu des vignes à la veille des vendanges et sans aucune autorisation des propriétaires. Une première pétition circule à l’époque. Au fil des années de nombreux dérapages de cette chasse sont relevés sur toutes les communes bordant la forêt et même au delà.



Mars 1996: pour la nième fois déjà les habitants riverains de la forêt de Grésigne (aux Abriols) alertent les autorités (mairie, gendarmerie,…) à propos des actions de chasse à courre au cerf menées sur les territoires communaux et propriétés privées de Larroque, hors du périmètre domanial de la forêt.



Année 1997: plusieurs sorties sur Bruniquel avec intervention de la gendarmerie, du maire, du Préfet du Tarn et Garonne et articles dans la presse



28-01-1999: lettre d'un Abriolais adressée à 36 destinataires locaux, départementaux, régionaux, nationaux et européens, appelant à l'aide concernant les dégâts causés par les cervidés dont la population est en pleine expansion, pour la plus grande satisfaction des équipages de chasse à courre.



12-01-2003: poursuite d'un cerf dans les Abriols, et traverse de deux propriétés en arrachant les clôtures avant d’être mis à mort contre l'avis du propriétaire P. MILLOT sur la terrasse de celui-ci par le RALLYE de MALAMORT.

2 propriétaires victimes portent plainte 5 habitants se portent témoins à charge 1 chasseur à courre est entendu à décharge

premier CLASSEMENT par téléphone par le Vice Procureur pour infractions insuffisamment caractérisées, le 28 Mars 2003.

une victime saisit le Procureur Général près la Cour d’appel de Toulouse, qui fait rouvrir le dossier par le Tribunal de Grande Instance d'Albi.

(14 Mars 2003: Rappel à la Loi par le Procureur au Rallye de Malamort, AFFAIRE CLASSEE pour absence d'infraction le 15 Mars 2003)



Cette même année 2003,l’équipage sévissait encore sur le secteur habité des Abriols, en dépit de ce premier accident.



2004: l'O.N.F. donne l'adjudication de chasse à courre à l' “EQUIPAGE de GRESIGNE” en remplacement du précédent « RALLYE deMALAMORT ».



11-02-2006: ( voir le diaporama page d'accueil ) poursuite d'un cerf sur des terrains privés par l'Equipage de Grésigne. L'animal après avoir failli tuer la mère de famille, se réfugie par deux fois dans des pièces en travaux de la maison des ROSSARD, et est mis à mort sans rien demander au propriétaire. Violation de propriété privée, Saccage des locaux, Mise en danger de mort, Jeunes enfants terrorisés,Voisins dans l'angoisse des accidents répétés. Relaté dans la presse locale.

Des plaintes sont déposées Plusieurs témoignages à charge épaississent le dossier

AFFAIRE CLASSEE, cet acte n'étant pas reconnu comme une infraction de chasse



Par souci de protection et face au mutisme des différentes instances sollicitées, un courrier cosigné par des riverains des Abriols est adressé le 23 octobre 2006 à l’équipage et à toutes les autorités concernées, dont la Préfecture: “…Par la présente, nous vous signifions l’interdiction d’accès sur nos propriétés à tout équipage et à ses chiens quelqu’en soit le motif…”.



Pourtant durant la saison 2006-2007, on enregistre encore pour les seuls faits portés à notre connaissance:

5 sorties de l’équipage hors de la forêt aux Abriols, avec intervention de la gendarmerie à au moins 2 reprises un cerf mis à mort sur la terrasse d’une habitation de Perillac (commune de Penne) en février 2006 début mars 2007: un cerf est tué dans le parc du jardin de Périllac,tiré au fusil à bout portant une semaine plus tard, un cerf est poursuivi dans ce même hameau de Périllac et tiré de deux coups de fusils le manquant, les tirs n’étaient pas à bout portant et effectués après la fin de la saison de chasse à tir. un cerf poursuivi jusque chez un habitant d’un hameau de Penne avec saccage du jardin un cerf poursuivi jusqu’au pied d’une maison forestière de Castelnau de Montmirail une sortie sur St Martin d’Urbens, les Gardelles,… (autres hameaux de Larroque); suite à cette exaction l’équipage s’engage à ne plus sortir de la forêt à l’avenir.



Durant toute cette période, de nombreux pourparlers eurent lieu entre riverains et veneurs, censés trouver des solutions à l’exercice de la chasse à courre sans nuisances ni mises en danger d’autrui.



La saison suivante 2007-2008 prouva quelle considération les veneurs accordaient à ce dialogue:



03-11-2007: poursuite, malgré les interdictions stipulées par écrit aux Autorités Administratives et Judiciaires, d'un cerf sur les terrains privés par l'Equipage de Grésigne, dans un brouillard très épais. Les 40 chiens poussent le cerf dans la propriété des ROSSARD arrachant les clôtures électriques et tournent autour de la maison sous les regards des chasseurs guettant ce « moment de choix » qu'est l'hallali. La poursuite perdure pendant plus d'une heure en terrains non autorisés,très près des habitations. A aucun moment les veneurs ne font le moindre geste pour stopper la chasse .



L'animal est mis à mort au pied de l'évier par un chasseur, le sang de l'animal déjà blessé par le bris du vitrage se répand dans l'ensemble de la pièce éclaboussant meubles, instruments de musique, et vaisselles cassées du repas jonchant le sol. Puis au fil des heures suivantes le cerf mort (un douze cors) perdra le reste de son sang créant une flaque écarlate. Nous réussissons à convoquer la presse et la télévision.Un médecin de garde constate l'ETAT de CHOC des 4 membres de la famille ROSSARD.

Plaintes déposées Témoignages recueillis Solidarité activée

Là encore les délits pourtant évidents ne sont pas retenus…Or pour la Société Nationale de vénerie, aucune faute n’a été commise par l’équipage, qui reçoit le soutien actif de la Fédération de chasse départementale du Tarn



Mi mars 2008: M J.B agriculteur au hameau de Perillac les expulse de sa propriété



Depuis des années, l'ensemble des résidents du secteur interpellent Mairie, ONF, Sociétés de chasse, Direction de l'Agriculture,Préfecture, Gendarmerie, Procureur et autres instances. Chaque administration s'abrite derrière des interprétations de textes législatifs plus ou moins imprécis concernant la chasse à courre, ou renvoie, sous prétexte de compétences particulières à d'autres, et ainsi de suite... Au final, la situation se dégrade d'années en années, et les « incidents », comme ils étaient qualifiés il y a quelques années, sont devenus de véritables accidents, et le DANGER de MORT est de plus en plus présent, pressant et angoissant. La population apeurée, stressée, ne sait plus comment se protéger.



21-12-2007: un arrêté préfectoral tient compte enfin du dernier accident survenu, de son écho dans les médias, et d’une pétition lancée par les riverains et forte alors de 2600 signatures (près de 5000 aujourd’hui) pour prononcer une interdiction de chasser hors du périmètre domanial de la forêt sur les communes de Larroque, Puycelsi et Castelnau-de Montmirail. Décision bienvenue bien que très insuffisante: depuis, deux sorties ont eu lieu sur le hameau de Périlhac (commune de Penne), dont une sur une propriété privée.

Décembre 2009 : un cerf est poursuivi par la meute jusque dans la piscine d’une habitation au lieu dit La Poumayrette (commune de Penne) malgré le rappel déclaré des chiens par les veneurs

Février 2010 : un cerf est poursuivi par la meute jusqu’au lieu-dit l’Escourat (commune de Bruniquel) sur une propriété où les suiveurs pénètrent sans l’autorisation du propriétaire pour récupérer une vingtaine de chiens